Potager hors sol : comment s’y prendre ?

Que ce soit à l’extérieur ou dans une serre : cultiver des plantes est non seulement utile, mais aussi plaisant. Mais avant la floraison, il y a beaucoup de travail. Il faut investir beaucoup de temps, et aussi beaucoup d’énergie pour entretenir ces plantes.

Préparation et entretien du sol pour réussir son potager hors sol

Afin de réussir à entretenir un potager hors sol, il est primordial et crucial de bien préparer le sol pour avoir un meilleur résultat. Le choix de l’emplacement, la préparation, l’amélioration et aussi l’entretien après la récolte sont des étapes concluantes. Le meilleur endroit pour planter un potager est un endroit ensoleillé dans le jardin. Après avoir planifié le potager, la mise en œuvre commence. Si possible, il est préférable de commencer en automne afin que le sol soit préparé de manière optimale pour le printemps. Pour la préparation de la terre, il faut entrer à l’aide d’une houe l’herbe et l’engrais vert. Il est possible d’améliorer les sols sablonneux légers avec une poignée de farine de roche. Les lits de légumes récoltés ne doivent pas simplement être laissés ouverts en hiver. Ils favorisent la propagation des mauvaises herbes, le lavage des nutriments et l’érosion du sol.

La diversification de la culture : un point clé d’un potager hors sol

Une culture mixte est un système de culture sur le potager hors sol dans lequel les monocultures sont strictement évitées. Celles-ci présentent également de nombreux inconvénients dans le potager : le sol est lessivé d’un côté, les ravageurs et les maladies peuvent se propager rapidement et détruire la terre. Il est particulièrement adapté aux petits jardins dans lesquels un changement de culture correct serait trop coûteux. Avec une culture mixte, il est important de savoir quel type de légumes ont besoin de combien d’espace. Les voisins de la culture mixte sont, par exemple : le chou avec le haricot, le céleri, et la tomate ; les fraises avec l’ail, le chou-rave, le poireau et la carotte.

La fertilisation et l’irrigation, critères importants pour un potager hors sol

Étant donné que les légumes cultivés retirent les nutriments du sol, il faut les y retourner à intervalles réguliers. Il est important de savoir exactement à quoi ressemble la terre où vous placez votre potager hors sol. À l’aide d’une analyse du sol, il est possible de déterminer la classe de nutriments de sa litière. Les recommandations de fertilisation sont basées sur cela et le type de légume. Le sarrasin, le lupin, la fleur étudiante ou le pourpier d’hiver peuvent être utilisés comme engrais verts. L’irrigation du potager dépend du type de légume cultivé, du sol et bien sûr de la saison et du temps. Il faut s’assurer que le sol est bien humide après l’arrosage. Dans ce cas, il convient d’utiliser l’eau de pluie. Comme il ne contient pas de minéraux, il n’influence guère la teneur en éléments nutritifs du sol.

Quelle est la valeur ajoutée de l’architecte paysagiste ?
Le concombre : fruit ou légume ?